Sélectionner une page

Une fable sur le marché immobilier. On soupçonne qu’elle ne soit pas vraiment de Jean de La Fontaine…

La raison du plus fort reste souvent la meilleure :

Nous l’allons montrer tout à l’heure.


Un programme bien à gauche promettait


Le blocage des loyers, intention pure.


L’investisseur survient, en rage, qui cherchait aventure


Et que le profit en ces lieux attirait.


« Qui te rend si hardi de restreindre mes profits ? »


Dit cet animal plein de lobbies :


« Mes juristes vont te châtier pour ta témérité.


– Sire, répond la gauche, le peuple a parlé


Ne vous mettez pas en colère


Mais plutôt qu’elle considère


Qu’elle touche toujours un loyer


Au prix du marché encadré,


Un accord vous sera proposé


On ne touchera pas au droit de propriété,


Je ne puis troubler votre quiétée.


Tu la troubles, reprit l’investisseur courroucé,


Et je sais qu’à moi tu t’opposas l’an passé.


– Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas élue ?


Reprit la gauche, je découvre le pouvoir.


Si ce n’est toi, c’est donc tes syndicats qui m’en font voir.


– Je ne les commande pas. – C’est ce qu’on va voir !


Car vous ne m’épargnez guère,


Vous, vos Air France et Goodyear


C’est en trop : il faut que je me venge. »


Là-dessus, d’un coup de traité international,


De juristes appointés, de juge vénal,


L’investisseur l’emporte sans rien céder en échange,


La gauche n’avait rien de tout cela dans ses projets,


Le gouvernement perdit toutes ses formes de procès.

Share This